« Ion » a marché sur Cheverny !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Notre chroniqueuse-traileuse de luxe Marion Delage a participé le week-end du 1er avril au 10 km et au marathon-duo de Cheverny. L’occasion de découvrir avec l’équipe de Joggeur un événement de l’intérieur. Elle vous dit tout… Ou presque. Voilà « le bijou de la castafiore ». Enfin de « ion » !

Je ne vous ferai pas l’affront de prétendre vous apprendre que les éditions Larivière, et Joggeur en particulier, ont repris l’organisation du Marathon de Cheverny. Le temps d’un week-end, la population de 1620 habitants de cette magnifique bourgade se voit alors doublée, pour accueillir, nourrir et loger le millier de coureurs prenant le départ des trois courses proposées. Pour vous donner envie de le courir et vous faire rire, permettez-moi de vous raconter mon week-end.

Vendredi 31 mars

16h30. Rendez-vous au QG de Joggeur. Lieu gardé secret pour des raisons évidentes de haute sécurité. Ceux d’entre vous disposant d’une bonne maîtrise de la recherche Google par mots clés pourront néanmoins l’identifier.

17h. Après la salutation pleine de nargue aux courageux encore coincés au boulot par une fin de journée ensoleillée, nous sommes prêts à décoller. Bertrand, le rédac- chef (donc The Big Chef) lance le thème du week-end : « Hé, on n’a qu’à s’la jouer Charlie et ses drôles de dames ! ». Toute idée du chef étant forcément bonne, nous voilà, Coralie, Jonathan et moi-même, renommés respectivement Nathalie, Dylan et Alex. Pour Jonathan (notre super photographe attitré pour le weekend), le week-end promet d’être long…

17h15. Pour faire rentrer 3 sacs, une valise, le casque à moto de Dylan, et un sac à dos dans le coffre d’une Clio, faut être un peu roublard. Je dirais même que l’on tient un nouveau jeu pour Fort Boyard.

17h18. Chez Joggeur, on aime bousculer l’ordre établi : c’est Nathalie qui prend la place de copilote, Alex étant gentiment relégué à l’arrière : « Si tu dors, tu réserves pas la place du mort ».

17h30. GPS programmé (comme on est une équipe, je ne balancerai pas par qui). Direction le petit village de Feings, proche de Cheverny.

18h20. Enfin sortis de Paris. Charlie se risque à un commentaire : « Ah tiens, on n’emprunte pas l’A10 ? ». Non, le GPS, hyper malin, doit nous éviter en partie les bouchons et nous fait emprunter un itinéraire bis : A86 puis N12. Super, on visite !

19h42. Charlie se montre tout de même dubitatif : « C’est quand même bizarre, ça ressemble vachement à la Normandie par ici ».

20h03. Arrivés au village de Feings. Appel à notre maison d’hôtes pour plus de précisions sur les derniers km : « Laissez la mairie sur votre droite et suivez la direction de Célettes ». Euh, aucun panneau n’indique ce bled, mais on vient de passer l’église du village, on est bon ? « Il n’y a pas d’église à Feings». […]

Aparté – culture géographique

Le saviez-vous ? En France, deux villages portent le nom de Feings. L’un d’eux se situe dans l’Orme (61) tandis que l’autre dans le Loir-et-Cher (41).

20h05. Nathalie (finalement, on n’est pas si soudés dans l’équipe…) avoue être très fière de son poisson d’avril anticipé (on ne saura jamais si elle n’était pas tout simplement nulle en géographie…)

Samedi 1er avril

00h26. Arrivés à Feings, dans le 41, après une belle épopée à travers la campagne française.

10h. Arrivée de la faim, petit déjeuner royal et découverte de notre superbe maison d’hôtes. Pain perdu (la patronne a de l’humour), brioche, crêpes, œufs brouillés, jambon, fromage…De quoi nous faire définitivement oublier notre mésaventure de la veille (et nos objectifs chrono pour l’après-midi).

15h30. Lancement de la première festivité : un 10km à travers Cheverny. Soleil, parcours champêtre, bonne humeur et convivialité : tout est prévu par l’organisation ! Et les paniers garnis de produits de la région, offerts aux plus rapides en guise de trophées, finissent de clôturer l’après midi en beauté.

20h30. Rendez-vous à l’Orangerie du château pour la pasta party. C’est ma première, oulala, je suis toute excitée. Une fanfare nous met dans l’ambiance et je découvre un instrument saugrenu, le washboard, où comment donner une 2nde vie à la planche à laver et aux dés à coudre de votre grand-mère. Au menu, salade de patates, spaghetti carbo gruyère, camembert, crème brûlée et riz au lait… Où comment flinguer tout espoir pour les participants d’être en jambes le lendemain…Burp.

 

Dimanche 2 avril

9h00. Départ du marathon de Cheverny, composé de deux boucles quasi identiques (la première de 23.2km et la seconde de 19km). Dylan, à l’arrière d’une moto, est prêt pour shooter les meilleures photos.

9h15. Départ du marathon en relai à 2. Charlie, trop courbaturé de son 10k de la veille, envoie (lâchement) Nathalie et Alex au front. Elles aussi ont gambadé samedi, mais faut l’avouer, elles sont beaucoup plus affutées que leur chef adoré héhé.

L’ambiance du parcours est détendue et festive, des fanfares animent le parcours. Les bénévoles nombreux et souriants ne sont pas avares sur les encouragements. Pour couronner ce bon moment, de nombreux participants ont opté pour l’option déguisement. Attention cependant, le costume du Christ (croix incluse) et celui du Lapin coquin (bas résille et queue en pompon) sont manifestement réservés chaque année.

15h. Visite du château de Cheverny et de ses magnifiques jardins fleuris. De quoi agrémenter un super weekend sportif par un peu de culture et d’histoire.

17h. GPS mis en sourdine par Charlie, qui décide de se fier plutôt à son orientation pour nous ramener à Paris.

19h. Retour au QG. Charlie et ses drôles de dames ont encore passé un weekend chargé, durant lequel aucune organisation criminelle n’aura été démantelée, mais pendant lequel ils auront encore bien couru et rigolé !

Avec de belles photos de Jonathan !

2 Comments

  1. J’ai terminé mon marathon en étant accroché aux runnings d’une charmante demoiselle en rose bonbon avec le sigle Joggeur.Son allure m’a permis de garder mon rythme qui flechissait sérieusement sans avoir fait le 10kil de la veille. Bravo aux filles.

  2. Je reprends le texte de la sympathique chroniqueuse :  » Au menu, salade de patates, spaghetti carbo gruyère, camembert, crème brûlée et riz au lait » pour ajouter mon avis : à 19 euros c’est légèrement fort de café !!

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*